Jordi Bonet

JORDI BONET (1932-1979) est l’un des plus grands artistes québécois des années 60-70.  Il a réalisé des centaines d’œuvres publiques, y compris des sculptures en bronze et en aluminium, des tableaux, des dessins et  des lithographies, qui ennoblissent notre environnement quotidien et ce en parallèle avec une pratique artistique en  atelier. Par sa volonté de rendre l’art accessible ce créateur a marqué dans son domaine la révolution tranquille.


Jordi Bonet naît à Barcelone le 7 mai 1932. Très jeune, il s’inspire de ces grands maîtres catalans moderne  que sont  Gaudi, Picasso, Dali. Après des études l’École des beaux-arts à Barcelone et un séjour à Paris, on le retrouve au Québec en 1954. Il s’intéresse d’abord au dessin puis à la céramique. Après ces premières années d’apprentissage, en 1963, Jordi Bonet réalise huit tympans au-dessus des portes de la salle de concert de la nouvelle Place des Arts de Montréal. À la suite de cette réalisation spectaculaire intitulée Hommage à Gaudi, les commandes prestigieuses affluent. Son art prolifique  essaime de Montréal, au  Québec entier, à  Toronto, à New York et à travers les États-Unis. Universités. Le métro de Montréal. Des édifices publics.  Des bureaux. L’aéroport J.F  Kennedy à New York…  La liste de ses réalisations est longue. En 1979, il crée en  bronze  l’Arbre de vie pour le Palais du Roi Fahd en Arabie saoudite.


Avec véritable urgence dans la création, Jordi Bonet a comme credo de vouloir placer l’art au cœur de la cité. Pas question pour autant d’édulcorer son expression. « Nos œuvres, écrit-il,  doivent dire nos espoirs et nos aspirations »  La polémique  qui a fait rage  autour de la commande  d’une gigantesque murale sculptée  à même le béton du  Grand Théâtre de Québec (1971) en témoigne.


Dès 1973, atteint de leucémie, Bonet se sait condamné. Au-delà les ambitions qui ont fait la flamboyance du muraliste public, il se recentre sur la vérité de la création solitaire pour travailler sans relâche jusqu’à la fin. En sculpture, il redécouvre le petit format. Il aborde la sérigraphie et aussi la peinture. Il revient  au dessin avec les 350 feuilles du Livre des Naissances. Jordi Bonet  meurt le 25 décembre 1979.

Œuvres de l’artiste :